Lenquo de capo

Lenquo de capo IL aurait été difficile de s’y perdre…beaucoup de monde pour l’ascension de cette classique depuis Piau Engaly, à ski et en raquettes.

L’harmonie radieuse régent dans le groupe Tapas ski et raquettes cohabitent sereinement. Deux groupes partent donc, l’objectif initial étant d’atteindre la Gela par la hourquette de Heas et l’arête ouest. Il faut croire que l’on était trop nombreux pour une telle entreprise, aussi dès le parking, un d’entre nous, se sacrifie pour le bien de la communauté. Un d’entre nous mais pas n’importe lequel…l’altruiste, le sacrifié volontaire, l’animateur aussi, vous l’aurez compris, c’est l’emblématique Philou.

On passera sur toutes les appélations non controlées dont on est capable en de telles circonstances et que profère notre malheureux camarade quand il se rend compte que les chaussures de ski de rando dont il était si fier sont restées…à Oloron!

On lui propose bien de skier en chaussettes, mais il y a des moments où notre Philou est imperméable à toute forme d’humour…aussi décide-t-on d’écourter la journer en prenant la direction du Lenquo de Capo tandis que l’étourdi du jour louera des chaussures pour faire de la piste.

Les skieurs vont y arriver sans problèmes, les autres en changeant de matériel au gré de l’état de la neige, à pieds, en crampons, en raquettes, en crampons, à pieds, mais l’essentiel est d’être arriver en haut. Vue sur le soum des Salettes, fait il y deux ans et peu fréquenté ce jour, et sur le massif Campbielh Pic long où on ne se bouscule pas non plus.
_ La température est élevée dans les combes et on a vraiment du mal à se persuader que l’on est en hiver. A tel point qu’Isabelle décide de privilégier dans la descente la méthode dite de la fesse technique.
_ Intéressant certes, mais trés humidifiant moyen de perdre de l’altitude et surtout producteur d’un épais nuage de vapeur qui entoure, suit et précède notre nouvelle adepte du bain de siège nival.

Et le Lenquo de Capo au fait? Ben on y était, pis on est redescendu pour retrouver Philou bronzé et reposé en pleine forme pour écluser les demis a Arrau.

La prochaine fois, c’est promis, il oublie les skis!!

« Alain »