VTT EN ARAGON

Quand on varie les plaisirs, pas question de faire semblant !
_ Face à une mauvaise volonté évidente quant à l’heure matinale d’un éventuel départ pour le Garmo Negro, changement d’activité et roule VTT!!

Seulement trois présents, mais c’est l’élite, le commando de choc qui démarre d’Oloron à neuf heures (ils l’ont eu leur grasse matinée!!) direction l’Aragon. Les autres? Obligations familiales et festives, certain allant même jusqu’à travailler!
_ Comme on se lance dans l’inconnu et que les cadres techniques ne se sont pas intéressés à nous, on entame dès la sortie de la voiture par une crevaison.
_ Non pas une crevaison surprise dès les premiers mètres, non! une crevaison voulue, volontaire, pour tester les capacités de bricolos de l’équipe.
_ les faits: Jéjé annonce dès le départ de Palas que sa roue arrière est crevée…bon…

Castiello de Jaca, point de départ réel. Alain fournit une chambre à air neuve, Philou répare, Jéjé pompe…et pompe, et pompe à vide… c’est un sacré pompeur le Jéjé !
_ Redémontage et on s’aperçoit que la chambre à air neuve ne l’est plus! Vas -t-en savoir! un coup de tournevis mal placé et pof… pchiittt…réparation bougonne de Philou, Alain rigole, Jéjé repompe…
Le stage d’initiation est efficace puisqu’ on arrive enfin à démarrer sur six roues gonflées (on est trois…).

Castiello, Garcipollera où on nargue tout un troupeau de taureaux contenus dans leur enclos (tu veux pas me serrer la main? Casse-toi pauvre con!) et attaque des choses sérieuses par la piste de droite qui nous emmène au dessus de la plaine de Jaca avec un dénivelé positif de sept cent mètres.

Philou nous fait admirer sa technique irréprochable… il est vraiment à l’aise sur le VTT, sûrement des restes de sa jeunesse cycliste…il a même refusé le contrôle pipi à l’arrivée.

La descente sur le village abandonné d’Acin est vraiment tout terrain d’abord en neige plus ou moins gelée par endroit, puis par un vieux chemin non entretenu où les cailloux pièges sont nombreux à tenter de nous faire choir. Mais échec total de leur part, j’ai pas vu une chute, même si la légende dit que… Jéjé aurait réalisé un soleil parfait, que Philou a jonglé avec sa machine et qu’Alain, profitant de quelque moment de solitude aurait mis parfois pied à terre…

Retour à la voiture à l’heure pile après environ trente kms de VTT roulant puis technique dans un Aragon toujours aussi sauvage et beau la fois…tout comme les trois participants !

La suite? Pure routine : bières, côtelettes, tinto, paxaran et retour sur les chapeaux de roue… non crevées!

« Alain »