Ici Oloron, les Tapas parlent au rossignol.

Je répète, ici Oloron les Tapas parlent au rossignol.
Michaud est dans l’abri.
Ledormeur n’a plus sommeil.
Comprenne qui pourra…
Reprise pour le groupe Tapas originel renforcé de l’inégalable et inénarrable neveu à son tonton, le Joseph du Philou, non on est pas à Chamonixxx!
Objectif Balaïtous avec nuit à Larribet et une météo anticyclonique qu’on aurait aimé avoir eu plus souvent lors de ce moi d’août trés favorable aux gastéropodes ( et là que personne ne se sente visé!).
La soirée fut fort agréable au refuge où l’on rencontre avec plaisir un copain du C.A.F. d’Oloron en patrouille dans le secteur. Sans lui on aurait trés certainement bu que de l’eau mais bon tant pis, on s’est sacrifié…Salut à toi Nicolas.
Le lendemain direction le Col Noir où l’on ne passe plus. Le passage est à environ 70m à droite de celui ci dans une brèche caractéristique à droite de deux gros gendarmes (chameau? attention il y a une bosse plus importante que l’autre). Passage raide des deux côtés mais sans aucune difficulté. Le cheminement est de plus parfaitement cairné.
Ensuite Rocher Du Déjeuner, puis abri Michaud mifroid et enfin la spectaculaire mais facile Grande Diagonale que l’on quitte presque à regret pour entamer la montée finale (attention les têtes, on avait laissé les casques à la maison mais il est recommandé de les prendre).
Spéctaculaire démonstration de l’élite du groupe Tapas dans des variantes allant du I c + au 9 b en passant par le 3 inf.
Fallait bien se gagner le saucisson sommital. Grande joie et intense émotion pour tout le monde tant ce sommet nous tenait à coeur depuis déjà un bon bout de temps.
Le panorama est grandiose, du Visaurin au Kilimandjaro en passant par le Vignemale. Le Palas, misérable petite colline réservée parait -il aux rois de la montagne, nous parait fort peu de chose.
Par contre le Pic d’Artouste se révèle sous un aspect spéctaculaire digne d’attirer les meilleurs…
Eh oui! C’était au programme estival du CAF d’Oloron et ce fut fait dans la joie et la sérénité par l’un des derniers beaux jours d’août.
Le retour du Balaïtous s’est par contre révélé fort long d’autant plus que l’on s’est trouvé coincé par un important groupe du Pyrénées Club, mythique et vénérable institution toulousaine de la montagne mais bon…
Cela a permis à l’auteur de ces lignes de rencontrer avec plaisir des compatriotes (ô moun pais…) et de pronostiquer une victoire du grand stade toulousain sur le B.O.
Vengeance! Désolé Philou…
Bon voilà, arrêtons là, sans quoi on pourrait nous reprocher de trop en mettre aprés avoir regretté avec une virulence peu pertinente que ce forum ne soit pas assez utiliisé.
Ce fut donc beau, grand et aussi fait d’humilité face à la montagne.
A bientôt pour de nouvelles aventures et vive les plus belles Pyrénées du monde!