Archives de l’auteur : henri

Voie des séracs au Petit Vignemale

A 7h30 ce samedi matin nous sommes quelques un à trouver qu’il est tôt, c’est la faute à certains qui veulent skier au dessus du refuge des Oulettes de Gaube pour amortir le déplacement. Dédé, Laurent, Vincent, Jérémy, Gérard, Samuel, Tom, Denis, Renaud et moi même partons donc pour le pont d’Espagne. Il paraît qu’on peut chausser les ski à la voiture, c’est skitour qui l’a dit.

C’est lorsque les véhicules s’immobilisent sur le bitume du parking, que l’on se rend compte du traquenard et que l’on se résigne à fixer les skis sur les sacs pour entamer la monté dans le bois. Plus tard au dessus du lac on peut chausser les spatules, il manque tout de même des raccords de neige alors on déchausse, on rechausse on passe sur l’herbe mais on glisse quand même un peu.

Après une la pause casse croûte, on atteint le refuge vers 13h, tout le monde lézarde en terrasse au soleil et profite de la face nord du Vignemale.
Finalement nous passerons le reste de la journée à faire des manip sous la houlette de Dédé. Laurent et Vincent partent pour le col des Mulets et s’offrent une descente. Louis et Damien nous rejoignent pour la soupe.

Le lendemain c’est à 6h30 que nous partons pour le petit Vignemale, il fait encore nuit mais déjà beau et chaud ! Tout le monde avance rapidement jusqu’au pied des séracs, ici les cordées se forment et c’est les skis sur le dos que l’on avance sur le glacier, il n’y a pas trop de neige et les cordées de Louis et de Laurent ont déjà bien tracé la monté. Dédé nous propose une jolie variante en mixte pour sortir de la face, on tire une longueur pour rejoindre l’arête. Là haut un gros panorama s’offre à nous, en quelques pas de plus nous sommes au sommet.

Les skis aux pieds nous rejoignons le refuge dans une superbe descente où les amateurs de poudreuse se régalent. Après une dernière bière nous entamons la descente plate du retour, mais cette fois ci en passant par le haut des pistes de la station on réussit à s’offrir une dernière descente où la horde sauvage se tire la bourre sur les plaques de glace et entre les surprenantes plaques de cailloux. En utilisant subtilement les dernières langues de neige on arrive devant le parking ski aux pieds.
Skitour avait raison !

Vous prendrez bien un peu de pudding ?

Oulà mais c’est qu’il y a un weekend de 3 jours là, t’inquiètes, Dédé et Stéphane avaient anticipé. Comme c’est mi novembre tout de même, ils proposent de descendre plus au sud. Rendez-vous est donné vendredi matin à 8h pour le premier départ d’Oloron. 8h30 le matériel est chargé, les troupes s’enfoncent dans la vallée d’Aspe, disparaissent dans le tunnel du Somport, débouchent en Aragon, se retrouvent au café plus bas, repartent, inclinent vers l’ouest à Jaca puis vers le sud quelques kilomètres plus loin pour prendre position à Riglos, au pied des mallos.

 

Passage au refuge et mouvement vers le Mallo Colorado, il n’y a personne dans les voies, le soleil est bien là et les jeunes en profitent pour peaufiner leur bronzage. On casse la croûte, Dédé fait tourner un gouleyant bordeaux qui a bien vieilli.
Sympa cette escapade gourmande mais d’autres plans sont prévus. 3 voies sont disponibles, 5 cordées se forment. Dédé, Armelle et Quentin démarrent l’escalade, Cécile et Henri prennent une seconde ligne, Boris et Mathieu la dernière. Les cordées de Stéphane, Isaac et Coco puis de Manu, Samuel et Cyril, suivent. Ascension tranquille de 3 à 4 longueurs en fonction des voies. Le soleil nous accompagne et l’on aperçoit de temps en temps nos voisins sur les parallèles. On se retrouve un peu avant la dernière longueur puis en haut mais pas de risque de se bousculer, il y a de la place. Un rappel nous pose derrière le cailloux, nous récupérons les affaires en bas des voies et descendons au pied de Los Valaos pour faire des couennes jusqu’au couché du soleil.

On retrouve JP et sa famille qui arrive au refuge. Après l’apéro, la cuisine se met en branle, chacun sort ce qu’il a, les rôties se partagent, la pizza passe sur le toaster et l’eau chauffe pour les pâtes.

Samedi, 2 groupes se constituent, le premier part pour une escalade à l’Adamello, le second retrouve Claude et Isa à Murillo et file vers l’Espelón del Gallego à la Peña Rueba. Le vent est là comme prévus et il fait un peu frais dans l’ombre de la voie. Néanmoins les cordés se suivent à un rythme régulier. Après les 9 longueurs, les rappels s’enchaînent et l’on arrive sur le chemin du retour à la nuit.
A Adamello, deuc cordées formées par Stéphane-Isaac-Coco et Cyril-Manu, s’arrêtent à la troisième longeur apres des chutes de pierres.
Dans l’après midi, Stéphane Isaac et Cyril partent à Loarre à VTT.

Dimanche une partie de ceux qui sont toujours sur place retournent faire des couennes ou enchainent deux ou trois longueur, les autres enfourchent les VTT vers le Mirador de las buitres et la descente des aiguilles rouges
Vers 14 heures, tout le monde se retrouve au refuge pour partager le casse croute et se raconter ses péripéties.

Comme dirait Armelle, c’était trop bien ce week end ! Quand est ce qu’on repart ?

Dimanche d’automne à Arguibelle

Arguibelle a un succès fou ce 9 octobre. Débutants et confirmés, nous sommes une vingtaine de cafistes à nous diriger vers le calcaire de la vallée du Barétous. C’est dimanche donc on ne démarre pas trop tôt mais on est surpris de découvrir le parking bien chargé. Manu propose de monter au secteur percnoptère, où l’on n’a pas souvent l’occasion d’aller grimper. Après quelques glissades dans l’approche raide, on touche le pied des voies. Les secteurs Paloumère et Myosines ne sont pas surpeuplés et il y a des voies de tous niveaux, alors, les lignes s’installent, ça monte, ça descend. Tout le monde est occupé et il est presque 14h quand on pense au déjeuné. Pause casse croute, pinard mais bientôt les ascensions reprennent. Malgré la grisaille, pas une goutte ne tombe, alors on ne redescend qu’en fin de journée. Certains jeunes riders en profitent pour glisser jusqu’au parking. On passe s’hydrater à Aramits, en terrasse s’il vous plaît : le soleil est de sortie pour nous accompagner en cette fin de journée. Bref une bonne journée d’automne.

Projection photos, expéditions Népal, Bolivie et Karakoram


Si vous aimez la montagne et la photographie alors venez le mercredi 23 février à 18h30 au château Ribère (Messier à Sainte Croix) à Oloron.