Archives de catégorie : Alpinisme

Alpamayo 5947 m. VR 360º Cordillera Blanca Pérou

Escalade cet été.

au sommet:   http://www.360climbing.com/alpacima/alpacima.html

au campo glaciar 5400 m.:   http://www.360climbing.com/alpabase/alpabase.html

salutation

Thumbnail

Thumbnail

Compte rendu de l’école aventure 2014/2015

De la cascade de glace , en passant par le VTT, l’escalade , le ski de rando, le canyon, la spéléologie, la slakline, l’hydro speed, tout y est; les jeunes du CAF Oloron s’éclatent.

Voyez les images!!!

 

Tout mousse à Troumouse !

 

Petit résumé d’une randonnée estivale presque bucolique, le tour des Crêtes du Cirques de Troumouse et la traversée du massif de La Munia. Escapade sauvage et magistrale durant laquelle le regard chevauche à l’horizon les cimes les plus prestigieuses et transpirantes qui soient au cœur de nos chères Pyrénées, Pics d’Aneto, Posets, Mont Perdu, Vignemale, Marboré, Balaitous, Néouvielle…. et cetera…

Course magnifique, très beau voyage à ne pas prendre à la légère, il faut se méfier des horaires donnés dans la plupart des topos (7-8 heures). Etablir des records de vitesse c’est bien joli, mais ce genre de terrain mérite beaucoup de précautions et à moins d’être un montagnard très aguerri il faut se laisser le temps de progresser sereinement et en sécurité. Prévoyez une dizaine d’heures minimum pour avoir de la marge. Le but du jeu étant de parcourir les crêtes et d’effectuer le tour des sommets composant le cirque de Troumouse pour culminer au sommet de La Munia à 3133m.

Après un bivouac au dessus d’Héas sous une presque pleine lune, le départ fut donné avant le lever du jour au parking supérieur de Troumouse. La mise en jambes est rapide avec une traversée du beau plateau et l’âpre montée au col de la Sède à 2650m. L’épique équipe composée d’Estelle, Jean Michel, Eric et Xabi se lance alors dans la course de crêtes et les choses sérieuses ne tardent pas à chatouiller les mirettes. Le Pic de Gerbats et ses dalles blanchâtres se dresse rapidement après le col de la Sède, il nous faut l’éviter en traversant sur le flanc ouest des banquettes et des vires exposées qui surplombent de magnifiques toboggans de calcaire (mais sans eau dessous) de 300m de haut! C’est pas difficile (cotation II) mais chacun s’applique à bien poser le pied à plat, un brin de corde est mis avec quelques friends mais le rocher n’est pas de première qualité, la vigilance s’impose.

Nous rejoignons le fil de la crête pour gravir de réguliers ressauts avec plus ou moins de difficulté et une vue imprenable sur le cirque de Troumouse dont les seuls animaux sont des vaches, des isards et des marmottes, drôle de cirque. Les lacs et le paisible refuge de Baroude apparaissent en contrebas, soit 500m de gaz sous la fesse gauche coté Est ! C’est étrange comme l’on tâtonne délicatement parfois malgré nos gros godillots aux pieds…
Le Petit Pic blanc est rapidement gravis pas une sente de pierrier puis le terrain s’accidente nettement par la suite, de nombreux cairns aident à dénicher le passage le moins scabreux, en évoluant souvent pleine crête faîtière pour garder l’équilibre. Sommet suivant : le Pic Heid (3022m), la traversée du sommet se mérite un peu, il faut être très vigilent sur la descente sur un éboulis instable et délicat. La boucle continue vers le Pic de Troumouse, il convient d’éviter de nombreux gendarmes arrogants sur un rocher de schiste très délité, il faut alors vérifier chaque bloc avant de poser pieds ou mains. Cela demande une attention continue car le vide nous guette…

Mais le cirque de Troumouse est un régal permanent avec une vue magnifique sur les sommets alentours, notamment sur le Marboré et le Mont Perdu avec son glacier qui scintille face à nous. Une belle arête aérienne mène ensuite au sommet du Pic de Troumouse (3085m) qui constitue une petite récompense à lui seul avec un étrange quadripode métallique installé tout là haut.
Se dresse alors fièrement devant nous l’éperon du Sère-Moudène qui est la difficulté majeure du jour…. Une escalade sur le fil, 30m de difficulté II et III sur un rocher à peu près correct, pas bien difficile en effet mais aérien et délicat à protéger avec quelques friends et coinceurs. Sur le topo il est écrit qu’il y a un piton avec anneau et qu’il est préconisé un brin de 30m pour cette course. Sauf que ce piton n’y est plus, du coup nous étions bien contents d’avoir eu la prudence de prévoir une corde de 50m pour tirer une longueur jusqu’au sommet de l’éperon où apparaît le premier bloc solide apte à offrir un relais digne de ce nom !

Quelques nuages s’amoncellent à l’horizon et nous filons sans traîner du sommet du Serre Moudène vers la Petite Munia pour gagner bientôt et aisément le sommet de la Munia à 3133m. Une petite pause pour se restaurer mais le bon casse-croûte prévu attendra car l’orage commence à gronder au loin et la descente mérite de l’attention. Nous descendons l’arête ouest accidentée de la Munia et franchissons félinement le pas du chat pour entamer la descente finale par le col de la Munia (*). De jolis cairns artistiques avec de beaux cailloux blancs nous guident vers le Mur Passet que nous descendons à l’aide d’un brin de corde pour éviter une erreur de fatigue, et le couloir pierreux final nous mène sur le plateau de Troumouse, au pied des fameuses Sœurs de Troumouse qui sont toujours aussi jolies et n’ont pas pris une ride.

Oh la bonne pelouse sous les pieds ! Que cela fait quand même du bien de poser le pied à plat sans réfléchir ! Nous sentons le réconfort approcher et distinguons déjà au loin le crépitement de bulles houblonneuses provenant de quelques amphores belges laissées au frais. Puis de retour à la voiture une dernière ascension majeure s’impose semble-t-il, car Jean Michel nous annonce qu’il a trimbalé dans son sac (pour rien donc) un Pic St Loup (altitude hors catégorie) durant toute la journée et, tel le roulis d’un voilier sur l’océan tumultueux, nous avons vérifié que le mouvement du sac à dos en altitude s’avère hautement bénéfique au vieillissement du bon vin. Messieurs Petrus, Yquem et Romanée-Contie je vous remercierai donc de nous fournir prestement quelques exemplaires de vos ouvrages afin que nous puissions vérifier cette théorie lors de nos prochaines excursions scientifiques !

Petite anecdote finale, dans le topo des 100 plus belles courses pyrénéennes de Bellefond (ouvrage indispensable réédité récemment) page 76 il est indiqué : « l’escalade assez facile laisse l’impression que cette course est une alerte randonnée, certes vertigineuse et réclamant de l’attention, mais dont le rythme n’est jamais ralenti par le franchissement laborieux d’obstacles imprévus ». Si quelqu’un a le numéro de l’éditeur, j’aurais deux mots à lui dire… Mais ceci écrit par l’un des plus illustres montagnards remet notre humilité à sa bonne place. Il s’agit d’une très belle course, de difficulté modeste certes, mais le terrain requiert une solide expérience de la haute montagne (c’est également précisé dans le topo) et avec l’envie de faire un beau voyage sur le fil des cimes, au pays des isards, des vautours, du gypaète barbu qui n’ont bien sur pas oubliés de venir nous saluer majestueusement.

Xabi

 

* NB : La course décrite n’est pas le tour complet du cirque de Troumouse, la descente par le col de la Munia représente environ les 2/3 du tour des crêtes en intégral. On peut en effet continuer la course en franchissant le Mont Arrouy, la Pène Blanque, la Hèche de Bouneu, le Cheval Rouge, le Pic de Bouneu pour redescendre au Port de la Canau. Soit vous êtes alpinistes chevronnés et coureurs de trail pour le faire dans la journée, soit vous le faites en 2 jours avec un bivouac.

 

 

Longe alpinisme et escalade

Bonjour, regarder ce site sur la solidité des longes

Amitiés Dédé

Camp Alpinisme Hivernal Hautes Alpes Février 2014

Les jeunes aventuriers sont venus cette année grimper sur les cascades de l’Oisans et du Queyras : Josua et Samuel bien rodés à l’alpinisme mais aussi Pierre et Vincent pour qui c’était un baptème, rejoins sur place par Boris et Mathieu, installés pour leurs études à Thônes.

En adultes organisateurs nous n’étions que Dédé et moi, heureusement bien aidés par Gérard. En encadrement, nos trois jeunes espoirs grimpent super fort et gèrent.

Malgré beaucoup de neige, nous avons réussi à grimper tous les jours sauf mercredi où nous avons fait du ski dans la forêt sur la crête de Reychard.

Les Y de droite et de gauche, Sombre Heros, Easy Rider à Ceillac et les cascades du Bourget à Cervières ont été escaladées. Mention à nos trois espoirs aquitaine qui ont escaladé en finesse un joli cigare. Ils se sont aussi bien éclatés dans le dry.

Pendant ce temps là Pierre et Vincent se sont bien éclatés dans la neige, transformant en luge tout ce qui pouvait servir à dévaler une pente neigeuse.

Après les chutes de neige, nous avons passé une journée sur la cascade artificielle d’Aiguilles. C’est un joli site aménagé dans le bourg d’une hauteur de 25/30 mètres entretenu par les guides locaux qui font tous les jours une jolie glace bien agréable à grimper.

Nous étions logés au Moulin Papillon de L’Argentière la Bessée. Bénédicte nous a régalé tous les soirs de repas savoureux et copieux et prodigué tous les bons conseils de sortie en fonction des conditions.

Encore une belle semaine partagée avec les jeunes et moins jeunes. J’espère que nos nouveaux initiateurs sauront proposer à tous ces jeunes de belles activités et pourquoi pas dans les Pyrénées.

Face Ouest du Petit Pic d’Ossau , la voie de la grotte !

Samedi 21 septembre 2013

« Le passage de la grotte et du surplomb qui la domine, doit être franchi au moins une fois par tout pyrénéiste qui se respecte » (extrait de Passages Pyrénéens de Bunny-Ravier-Thivel).

Tout est dit ! Que dire de cette voie qui certes, sur le papier ne paye pas de mine (150m V max), mais quel voyage sur les traces des plus grands pyrénéistes tels que Cazalet, Mailly et Robert Ollivier qui l’ont ouverte le 3 juillet 1934.

C’est en lisant Le Pic d’ Ossau de Robert Ollivier au printemps dernier et le chapitre concernant cette face Ouest du Petit Pic d’ Ossau, qu’a germé en moi l’idée d’aller découvrir cette fameuse voie de la grotte. J’ai donc proposé cette sortie au programme du CAF et Renaud a accepté de m’accompagner afin de l’encadrer … 

Nous sommes donc partis à cinq ce samedi accompagnant Ramuntxo et Jean Michel pour leurs premières sorties avec le Club Alpin. Et pour finir Denis a décidé de nous accompagner au dernier moment ! Idéal pour moi car Jean Michel n’étant pas habitué aux grandes voies, Denis a joué parfaitement son rôle de coéquipier en le briefant au mieux tout au long de la voie ! Deux cordées donc : Renaud et Ramuntxo devant puis Denis, Jean Michel et moi pour finir .

Cette voie n’est pas a prendre à la légère ! Il s’agit là d’une petite expédition avec une marche d’approche des plus longue, sinueuse et paumatoire sur les flanc du Petit Pic ! Mais vraiment belle ! Il faut compter 3h d’approche depuis Anéou sans erreur d’itinéraire … Par contre, la grimpe sort vraiment de l’ordinaire avec ce passage clé dans la grotte qui à lui seul vaut le déplacement.

Le descriptif de la marche d’approche / de la voie ainsi qu’ un extrait du Pic du Midi d’Ossau de Robert Ollivier est à lire sur mon blog …

http://adrenaline-pyrenees64.blogspot.fr/2013/09/face-ouest-du-petit-pic-du-midi-dossau.html

 

Adishatz

Jérémy